ZOEKEN

Actualité

Une croissance plus forte pourrait entraîner une diminution des fonds européens

Notre pays a connu une forte reprise économique au cours des derniers mois. S'il s'agit d'une très bonne nouvelle pour nos finances publiques, qui pourrait également avoir un impact sur les fonds de relance européens que notre pays recevra. Celles-ci sont en effet partiellement dépendantes de la croissance économique. C'est ce qu'a déclaré aujourd'hui Eva De Bleeker, secrétaire d'État au Budget. Selon les estimations prévisionnelles, il est possible que notre pays doive se contenter de 4,55 milliards au lieu de 5,9 milliards. Ces fonds seront répartis entre les différentes entités fédérées et le gouvernement fédéral. Le montant définitif sera engagé en juin 2022 et peut donc encore modifier sous l'influence de la crise corona.  

Afin de contenir l'impact économique et social de la pandémie corona et de rendre l'économie et la société européennes plus durables et résilientes, la Commission européenne a lancé le Recovery and Resilience Facility (RRF). Il s'agit d'un fonds qui doit permettre aux États membres de saisir à bras-le-corps les défis et les opportunités de la transformation verte et numérique. Au total, plus de 700 milliards d'euros sont en jeu. Les États membres peuvent utiliser cet argent pour financer des réformes et des investissements.  

La Commission européenne utilise un certain nombre de paramètres pour la répartition entre les États membres. 30 % de la répartition du montant est basée sur la croissance économique réelle en 2020 et 2021. 

Pendant la crise, notre pays a tout mis en œuvre pour aider nos citoyens et nos entreprises à traverser cette période difficile.  

Cette démarche n'a pas manqué son but ; lorsque les mesures ont été assouplies, notre économie s’est rapidement relancée avec une forte croissance économique. C'est évidemment une bonne nouvelle pour nos finances publiques. Au cours de l'année écoulée, les chiffres de la croissance économique ont été ajustés à la hausse à plusieurs reprises. Cependant, cela peut également avoir un impact sur les ressources du RRF.  

Sur base de l'estimation d'automne de la Commission européenne concernant notre croissance en 2020, il a été estimé que l’ensemble des autorités de Belgique pouvaient compter sur un montant de 5,9 milliards. Sur base de projections plus positives dans la nouvelle estimation d'automne de la Commission européenne cette année, le Service Public Fédéral Stratégie et Appui (SPF BOSA) a calculé que ce montant pourrait être inférieur de 1,35 milliard.   

Toutefois, des modifications sont encore possibles. Après tout, le montant final ne sera connu qu'en juin 2022. De nombreux facteurs peuvent encore influencer ce chiffre, dont bien sûr le coronavirus et son impact sur la croissance.  

Selon la secrétaire d'État au Budget, Eva De Bleeker, il sera crucial de continuer à suivre les chiffres de près. Cette éventuelle réduction des ressources RRF aura un impact sur tous les gouvernements.  

Ils devront réfléchir à ce qu'ils feront de leurs projets soumis. Selon la Commission européenne, il existe plusieurs possibilités. Pour le gouvernement fédéral, c'est le secrétaire d'État à la Relance Thomas Dermine qui supervise le plan des projets soumis.  

La secrétaire d'État Eva De Bleeker : "Le fait que notre économie ait connu une forte reprise est évidemment une bonne nouvelle. Mais cela pourrait avoir un impact sur le montant du financement européen que nous recevons. Si, en juin 2022, il s'avère qu’il y a lieu d’une diminution du financement européen, tous les gouvernements seront impactés. Il ne faut pas se voiler la face. Les défis sont là pour être relevés. Les différents gouvernements de notre pays devront donc examiner comment utiliser les fonds de relance disponibles de la manière la plus efficace et la plus ciblée possible."