ZOEKEN

Actualité

Réaction de la Secrétaire d'Etat De Bleeker au taux de croissance du 2ème trimestre 2021 de la Banque nationale

Les taux de croissance pour la deuxième trimistre 2021 sont nettement meilleurs que prévu, selon La Banque nationale. La secrétaire d'État au Budget, Eva De Bleeker, réagit de manière prudemment positive mais souligne également la nécessité de réformes, notamment du marché du travail. Ces réformes nécessaires pour poursuivre cette croissance.

La Banque nationale dispose du nouveax taux de croissance économique pour le 2e trimestre 2021, c'est-à-dire les mois d'avril, mai et juin. Alors qu'en juillet, la BNB tablait encore sur une croissance de 1,4 %, elle affirme désormais que l'économie belge a progressé de 1,7 % au deuxième trimestre. 

La Secrétaire d'État au Budget, Eva De Bleeker réagit de manière prudemment positive. La différence entre l’estimation initiale et le dernier calcul n’est pas minuscule. Néanmoins, selon De Bleeker, il fait relativiser cette situation. Bien que le taux de croissance soit une bonne nouvelle, l’économie belge n’a pas encore totalement retrouvé son niveau d’avant la crise du coronavirus. C’est également ce que dit la Banque nationale. En outre, Mme. De Bleeker souligne qu’n raison de la hausse de l’inflation, le le coût des prestations et des salaires des fonctionnaires augmente plus rapidement que prévu. Aujourd’hui, on a aussi appris que l’indice pivot a été dépassé. Pour cette raison, nous devons encore attendre des chiffres supplémentaires pour connaître l'impact sur le déficit budgétaire.        

En tout état de cause, le taux de croissance élevé devra se poursuivre même après la reprise complète afin de réduire durablement le déficit budgétaire, qui existait déjà avant la corona.  

Dans ce contexte, Mme. De Bleeker a rappelé que la réforme du marché du travail est cruciale. Après tout, les chiffres de la Banque nationale montrent que l’emploi a retrouvé son niveau d’avant la crise corona. En soi, c’est une bonne nouvelle, mais pour que la croissance économique se poursuive, il faut pourvoir rapidement les emplois. Si davantage de personnes ne trouvent pas leur place sur les postes vacants du marché du travail, il faut s’attendre à ce que les coûts de la main-d'œuvre commencent à augmenter. Cela pourrait constituer un frein à la poursuite de la croissance économique. C’est pourquoi, selon Mme De Bleeker, il est essentiel que davantage de personnes entrent sur la marché du travail. Atteindre un taux d’emploi plus élevé, 80% en 2030, est l'une des ambitions du gouvernement et ceci est également crucial pour réduire le déficit budgétaire structurel de manière durable.

Eva De Bleeker, Secrétaire d'État : "L'amélioration du taux de croissance est une bonne nouvelle : nous faisons du progrès, mais nous n’y sommes pas encore. De plus, nous devons encore combler les déficits d’avant la corona. Par conséquent, notre principale préoccupation est de veiller à ce que cette forte croissance se poursuive après la reprise.  Cela n'est possible que si davantage de personnes trouvent leur place sur la marché du travail. Ce n’est qu’avec une réforme majeure du marché du travail que nous pourrons réduire le déficit budgétaire de manière durable. »