ZOEKEN

Actualité

Les organisateurs de voyages à forfait peuvent contracter un prêt de l'État pour payer les vouchers corona à leurs clients

Des consommateurs ont reçu des vouchers pendant la crise du COVID en échange de leurs vacances annulées auprès des voyagistes. Ces vouchers vont pouvoir être remboursés par les voyagistes grâce à des prêts de l'État. C'est ce qu'ont annoncé aujourd'hui le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem, le ministre de l'Economie et du Travail, Pierre-Yves Dermagne, et la secrétaire d'État à la protection des consommateurs, Eva De Bleeker.  

Lorsque la crise sanitaire a éclaté en mars 2020, de très nombreuses vacances à forfait ont dû être annulées. Afin de dédommager les consommateurs qui ont vu leurs vacances annulées, le précédent gouvernement a lancé le concept de vouchers corona. Avec ces bons, les clients pouvaient ensuite réserver un nouveau voyage. L'objectif était ainsi d'épargner au secteur du voyage d’innombrables remboursements, alors que ce même secteur avait déjà souvent répercuté ces montants auprès de leurs partenaires et fournisseurs.  

Les bons en question ont été émis pour des voyages réservés entre le 19 mars et le 19 juin 2020 et étaient initialement valables un an. À partir de cette date, les consommateurs qui n'avaient pas encore utilisé leurs bons pouvaient en demander le remboursement. Le tour-opérateur avait alors 6 mois pour rembourser le consommateur. Sur la base des chiffres du SPF Economie, il apparaît qu'actuellement environ la moitié des bons émis sont encore en circulation. 

Afin de permettre aux organisateurs de voyages à forfait de rembourser correctement les bons toujours en circulation, le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem, le ministre de l'Économie et de l'Emploi, Pierre-Yves Dermagne, et la secrétaire d'État à la Protection des consommateurs, Eva De Bleeker, lancent aujourd'hui un prêt d'État. 210 millions d'euros ont été prévus. 

Les organisateurs de voyage qui contractent un prêt ne peuvent l'utiliser que pour le remboursement des vouchers en suspens et transfèrent les montants directement au consommateur.    

Les prêts sont accordés à un taux d'intérêt annuel de 3 % et ont une durée de cinq ans à compter de la date de signature du contrat de prêt. Il est également possible de faire un remboursement anticipé du prêt par le biais d’un remboursement unique du solde restant dû et des intérêts courus.  

Le prêt est soumis à un certain nombre de conditions. Par exemple, le montant du prêt accordé ne peut dépasser 80 % de la valeur totale des vouchers éligibles par organisateur de voyage.   

Le montant du prêt accordé doit également toujours être versé sur un compte de tiers que l'organisateur a ouvert auprès d'une institution financière de son choix. Ce compte doit être utilisé spécifiquement et exclusivement pour l'octroi du montant emprunté et le remboursement des vouchers éligibles.  

Les organisateurs de voyage qui souhaitent contracter un prêt doivent introduire une déclaration motivée sur l’honneur auprès du SPF Economie au plus tard le 16 novembre 2021, accompagnée des documents et informations nécessaires. Le SPF Economie prendra une décision au plus tard pour le 3 décembre 2021 et la formalisera dans un contrat de prêt officiel au plus tard pour le 6 décembre 2021. Au plus tard pour le 31 décembre 2021, la Trésorerie versera ensuite les montants empruntés. 

La secrétaire d'État à la Protection des consommateurs, Eva De Bleeker, se montre particulièrement satisfaite : "Je suis heureuse qu'il y ait enfin une éclaircie dans ce dossier. Avec la solution du prêt d'État, nous assurons au client un remboursement correct et nous donnons l'oxygène financier nécessaire aux voyagistes. Je pense en particulier aux petites agences de voyage indépendantes, qui ont parfois utilisés leurs finances personnelles pour la survie de leur entreprise.”