ZOEKEN

Actualité

La Secrétaire d’Etat au Budget Eva De Bleeker réagit à l’accord budgétaire : ‘Effort budgétaire de 2.4 milliards’

Ce matin, le kern est parvenu à un accord sur le budget fédéral pour 2022. L'accord sur le budget fédéral pour l'année prochaine est un obstacle majeur dans l’élaboration globale du budget, déclare la Secrétaire d'État De Bleeker. Elle est satisfaite des accords conclus aujourd'hui. Elle souligne l'effort budgétaire de 2,4 milliards et la diminution de la dette publique.   
 

Politique budgétaire dynamique  

Depuis que le gouvernement De Croo est entré en fonction l'année dernière, notre pays dispose de nouveau d’une politique budgétaire. En effet, depuis la chute du gouvernement Michel en 2018, on travaillait avec un budget de douzièmes provisoires. Le gouvernement en affaires courantes n’était pas en mesure d’approuver un budget. Aucun effort budgétaire n'a donc été fait et le déficit budgétaire s'est fortement accru.   

Après son entrée en fonction, la Secrétaire d'État au budget, Eva De Bleeker, a immédiatement pris les choses en main et élaboré un budget pour l'année 2021directement après la conclusion de l’accord du gouvernement. En raison de la crise corona qui a frappé de plein fouet notre pays, il a été décidé, conformément à l'accord du gouvernement, de mener une politique budgétaire dynamique. Cela signifie que le gouvernement ferait un effort fixe de 0,2 % du PIB chaque année. L'accord du gouvernement prévoit également la possibilité de faire un effort variable de 0,2 %. A partir de 2022, cet effort comporterait 0.2%, mais il est possible d’augmenter ou de diminuer ce pourcentage en fonction de la situation économique. L'effort est variable car le gouvernement peut décider de faire un effort plus ou moins important lors des discussions budgétaires. Un effort variable de 0,33% a été consenti dans le présent budget. 

Une partie de cet effort sera consacrée à des dépenses ponctuelles en 2022, conformément à la recommandation de l'avis du Conseil supérieur des finances, notamment pour amortir le choc des prix de l'énergie sur la facture et les investissements dans le cadre du plan de relance et de transition.   

Budget 2022: un effort de 2,4 milliards d’euros   

Pour éviter de faire dérailler la dette publique, la Secrétaire d'État De Bleeker a plaidé pour un effort variable le plus élevé possible. La croissance de l'économie y a fourni le cadre approprié. Ce matin, le kern a décidé de réellement mettre en œuvre cet effort variable. Avec l'effort fixe de 0,2%, cela représente un effort budgétaire de pas moins de 2,4 milliards d'euros.   

Recettes: pas de nouvelles impositions  

Du côté des recettes, aucun changement majeur n'est prévu.  Il n'y aura pas de taxes supplémentaires autres que celles déjà convenues dans l'accord du gouvernement de l'année dernière ou celles utilisées pour rendre le travail plus rémunérateur. Les principales contributions proviennent de la taxe sur les comptes-titres, introduite en 2021 et perçue conformément à la décision, et des droits d'accises sur le tabac. En outre, notre système fiscal deviendra plus équitable, il y aura une TVA sur la location de logements meublés, ce qui garantira également une concurrence plus équitable avec les hôtels et autres logements officiels. Les cotisations des sportifs à l'ONSS seront réformées afin d’éliminer la grande différence avec les cotisations normales à l'ONSS. En outre, le cadre juridique applicable aux expatriés sera réformé et davantage aligné sur celui des pays voisins.  

Dépenses : administration publique allégée & sécurité sociale efficace  

Tout d’abord, du côté des dépenses la ligne sera poursuivie et, comme l'année dernière, des efforts seront faits pour alléger l'administration. Les différents services publics fédéraux et institutions publiques devront à nouveau se contenter de 150 millions d'euros en moins (soit une économie linéaire de 1,11%). Un effort similaire sera demandé aux institutions qui reçoivent une dotation, ainsi qu’aux mutuelles.  
Dans le domaine de la sécurité sociale également, l'efficacité est une priorité et la lutte contre les aides (corona)indûment acquises sera menée. On recrutera davantage d’inspecteurs sociaux pour renforcer les services d'inspection. En ce qui concerne les Plans Plus, une réduction des cotisations sociales patronales sur les premières embauches, l’utilisation excessive sera réduite.   

Réformes  

Les réformes forment une partie importante de ce budget. Conformément à l'accord du gouvernement, le gouvernement veut amener davantage de personnes à travailler. Cela se traduira par une économie sur les allocations, d'une part, et par une augmentation des recettes fiscales et de sécurité sociale, d'autre part. Pour y parvenir, le gouvernement a présenté une réforme substantielle du marché du travail, ainsi qu’un plan pour accompagner les malades de longue durée vers le marché du travail. 

Réforme du marché du travail :    

  • Conseils aux partenaires sociaux sur l’e-commerce 
  • Formation et accompagnement pour les métiers en pénurie, ainsi que des récompenses pour les personnes qui entament un métier en pénurie 
  • Mesures visant à activer la loi sur le licenciement et à inciter les gens à rester sur le marché du travail.  
  • Meilleure orientation vers d’autres employeurs   
  • Une semaine de travail flexible pour un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée   
  • Droit à des journées de formation   
  • Retour plus facile au travail après une maladie  

Plan de réinsertion des malades de longue durée sur le marché du travail : 

  • La politique de retour au travail 

En outre, l’extension du système de bonus à l’emploi et la réduction des cotisations spéciales de sécurité sociale rendra le travail plus rémunérateur. Il sera compensé par l'introduction d'une taxe sur les billets d'avion court-courriers, une réforme des déductions du précompte professionnel et une nouvelle augmentation des accises sur le tabac.   

Énergie   

Ce gouvernement prend des mesures pour réduire l'impact de la hausse des prix de l'énergie. L'extension du tarif social aux bénéficiaires de l'allocation majorée est prolongée d'un trimestre, après quoi le système sera supprimé progressivement. En outre, en 2021, les bénéficiaires du tarif social se verront accorder une réduction unique de 80 euros sur leur facture.   
En outre, le gouvernement procède à une réforme de la part fédérale de la facture afin que celle-ci n'augmente pas davantage. 

 Outre les engagements budgétaires dans le domaine de l'énergie, le gouvernement a également décidé de renforcer certaines parties de l'Accord de consommateurs en les transposant dans la loi afin de mieux protéger les consommateurs. Le gouvernement a également conclu une charte avec le secteur pour convenir de facilités de paiement plus souples et pour fournir aux consommateurs de meilleures informations sur les coûts et la consommation d'énergie.  

Investissements  

Dans le cadre de la relance et de la transition de notre économie, une enveloppe d'investissement supplémentaire de 1 milliard a été débloquée pour les trois prochaines années, pour qu’on puisse investir notamment dans le transport de marchandises par rail, au parc immobilier du gouvernement et à la poursuite de la digitalisation.  

Ralentissement de la croissance de la dette publique   

Selon la Secrétaire d'État De Bleeker, le résultat le plus important de ce cycle budgétaire est de ralentir la croissance de la dette publique. La crise Corona et le déficit structurel qui existait déjà avant Corona ont menacé de faire dérailler la dette publique. A un certain moment, on tendait vers une dette publique de 120 % du PIB. En général on dit qu'à partir de ce niveau, la viabilité de la dette est compromise. Ce cycle budgétaire permet d'éviter ce danger.  La dette publique sera réduite de 113% à 112,7%.    

A l’avenir  

Selon De Bleeker, il est important de maintenir ce rythme et de faire le plus d’efforts possibles dans les années à venir.   

De Bleeker: "Grâce aux efforts que nous avons fixés aujourd'hui, nous avons trouvé un compromis entre les défis budgétaires et certains besoins dans la société. Les réformes, notamment celles du marché du travail, de la politique du retour au travail pour les malades de longue durée et de la fiscalité, sont nécessaires pour que davantage de personnes trouvent un emploi et que notre économie continue de prospérer. Il est important de poursuivre cet élan, car nous ne sommes pas encore arrivés au bout du tunnel. L'accord sur l'effort que nous présentons aujourd'hui montre que toute l'équipe gouvernementale comprend l'importance d'un budget solide. Tous les collègues ont pris des engagements fermes. Nous en assurerons le suivi et contrôlerons strictement les accords."