ZOEKEN

Actualité

Dermagne, De Bleeker et le secteur énergétique veillent ensemble à des factures d'acompte réalistes

Aujourd'hui, une concertation a eu lieu entre la FEBEG, la Fédération des entreprises belges d'électricité et de gaz, le ministre de l'Economie Pierre-Yves Dermagne et la secrétaire d'État à la Protection des consommateurs Eva De Bleeker au sujet des paiements anticipés des factures énergétiques. Le secteur et le gouvernement soulignent ensemble l'importance de factures anticipées réalistes. Il faut lutter contre les excès qui font que les factures d'acompte augmentent beaucoup plus vite que les prix énergétiques réels.   

Dans le contexte de la hausse des prix énergétiques, de nombreux clients se voient offrir la possibilité d'augmenter leur paiement anticipé sur leur facture énergétique. Ceci afin d'éviter que la facture finale ne soit très élevée et ne constitue un choc. Bien que les consommateurs soient protégés de telles surprises par des paiements anticipés, il existe la crainte que certains fournisseurs augmentent les paiements anticipés bien plus que la hausse des prix énergétiques elle-même.    

Pour cette raison, une concertation a été programmée entre le secteur énergétique, représenté par la fédération sectorielle FEBEG, d'une part, et le ministre de l'Economie Pierre-Yves Dermagne et la secrétaire d'État à la Protection des consommateurs Eva De Bleeker, d'autre part.   

Ceci a été discuté en détail lors de la concertation. Le secteur énergétique et le gouvernement soulignent tous deux l'importance d'une facturation anticipée réaliste. La FEBEG confirme que des estimations réalistes du prix énergétique actuel constituent toujours la base de la facture anticipée. Les propositions visant à augmenter la facturation anticipée doivent donc être proportionnelles à l'augmentation des prix et de la consommation d'énergie, l'objectif ultime étant de maintenir la facture annuelle à un niveau aussi bas que possible.  Ceci est conforme à l'esprit de l'accord de consommateurs. 

Le ministre Dermagne et la secrétaire d'État De Bleeker suivront ce dossier avec la fédération sectorielle pour s'assurer que les différents fournisseurs d'énergie respectent ce principe. L'objectif ne peut pas être que la facturation acompte dépasse largement le relevé annuel et que, de ce fait, la facturation acompte ne soit plus proportionnelle au tarif et à la consommation du consommateur. Toutefois, ils rappellent aux consommateurs que, même si une proposition d'augmentation de l'acompte peut être modifiée, il est également dans l'intérêt du consommateur que l'acompte soit correct et reflète le relevé annuel prévu, et que le consommateur doit donc faire une estimation réaliste. 

 FEBEG : “Les factures acomptes sont destinées à répartir le montant total de la facture annuelle de manière régulière pendant l'année, afin que le client n'ait pas de mauvaises surprises lorsqu'il reçoit le relevé annuel.  Les enquêtes menées auprès des clients montrent qu'une grande majorité d'entre eux préfèrent que leur facture annuelle soit aussi basse que possible. Le secteur s'efforce de répondre aux souhaits des clients. Pour ça, les fournisseurs proposent des outils permettant aux clients de surveiller leur consommation. Une introduction rapide du compteur numérique est cruciale à cet égard.” 

 e ministre de l'économie, Pierre-Yves Dermagne : "L’objectif ne peut pas être que les consommateurs jouent les prêteurs de fonds pour le secteur énergétique par des avances excessives. De nouvelles réglementations rendront cette pratique impossible, et c’est une bonne chose que le secteur s'engage à les appliquer dès maintenant. Toutefois, cela ne suffira pas à de nombreux ménages pour faire face à la crise énergétique. Il est essentiel que le gouvernement prenne des mesures à court terme. Cette semaine, nous examinerons des mesures visant à réduire les factures énergétiques des ménages à revenus faibles et moyens."  

La secrétaire d'Etat à la Protection des consommateurs, Eva De Bleeker : "Je suis satisfaite que le secteur énergétique confirme que les factures anticipées doivent être réalistes et justifiées et que les fournisseurs d'énergie qui augmentent leurs paiements anticipés au-delà de la hausse des prix et leur consommation pèchent contre ce principe. Il est dans l'intérêt des consommateurs et du fournisseur d'énergie que le paiement anticipé soit correct. Le consommateur veut éviter toute mauvaise surprise sur sa facture finale. Toutefois, l'objectif n'est pas non plus de se mettre à jouer à la banque pour son fournisseur d'énergie."