ZOEKEN

Actualité

Déjà un demi-milliard d'euros pour l'achat de vaccins

Le gouvernement fédéral a déjà débloqué un demi-milliard d'euros pour l'achat de divers vaccins contre la corona. C'est ce que dit la Secrétaire d'État au Budget, Eva De Bleeker. La plus grande partie de ce montant a été imputée à la provision corona de l'année dernière, mais cette année aussi on a déjà inscrit des fonds, notamment pour les commandes supplémentaires de vaccins de Pfizer/BioNtech et de Moderna. Cela représente aujourd'hui un total de quelque 44,8 millions de doses. De Bleeker modifie également la manière d’utiliser la provision corona. En 2021, il ne sera augmenté que sur base des besoins immédiats. Par ce biais, De Bleeker veut rendre les dépenses plus ciblées et plus transparentes.  

  

Le gouvernement fédéral continue d'acheter des vaccins. En 2020, quelque 279 millions ont été engagés dans la provision corona, un poste budgétaire consacré aux diverses dépenses corona, pour l'achat de divers vaccins. À l'époque, il s'agissait d'environ 33,5 millions de doses, notamment de Pfizer/Biontech, Moderna, AstraZenica, Curevac, Johnson&Johnson et Sanofi/GSK. Cela faisait partie du système européen d'achats groupés auquel notre pays a adhéré. Entretemps, l'Union européenne a passé des commandes supplémentaires auprès de Pfizer/BioNTech et Moderna, respectivement pour 7,5 et 3,8 millions de doses supplémentaires. Notre pays a donc commandé un total de 44,8 millions de vaccins. Plus qu'assez pour vacciner notre population.  

  

Afin de garantir un budget suffisant pour payer tous ces vaccins, 245,8 millions d'euros supplémentaires seront engagés dans la provision corona pour 2021. Cela signifie qu'un total de quelque 525 millions d'euros a déjà été engagé pour 2020 et 2021. Il s'agit des crédits d'engagement. En principe, les vaccins sont payés à la livraison. Dès que le montant exact de la facture est connu, il sera imputé aux crédits de liquidation. Celles-ci s'élèvent à 481,49 millions en 2021.  

  

La Secrétaire d'État au Budget, Eva De Bleeker : "Il va sans dire que c’est une somme gigantesque, mais l'investissement en vaut vraiment la peine. Après tout, les vaccinations nous permettent d’ouvrir plus rapidement notre économie à part entière, les entrepreneurs pourront à nouveau faire des projets et davantage de personnes peuvent reprendre le travail. C'est un maillon essentiel dans la transition vers le redressement et la relance, ce qui est positif non seulement pour le pays mais aussi pour notre budget. C’est la raison pour laquelle je débloque un budget suffisant".  

  

Nous modifierons également la manière de libérer le budget pour les dépenses liées au corona via la provision corona. En 2020, un milliard d'euros a été débloqué chaque trimestre. Cela devait permettre au gouvernement d'agir rapidement à l’apogée de la crise. Maintenant que la crise a atteint son point culminant, De Bleeker a décidé de ne plus augmenter forfaitairement la provision. En d'autres termes, à l'avenir, chaque fois que la provision sera augmentée, il faudra compenser par une nette augmentation des dépenses. Ces dépenses doivent également être directement liées à la lutte contre le virus. L'impact du coronavirus sur l'administration (frais de personnel, coûts liés au télétravail ou matériel de protection du personnel de l’Etat) sera couvert par les fonds de fonctionnement normaux. L'augmentation de la provision passera toujours par le Parlement. Cela permet aux parlementaires de toujours avoir un aperçu des dépenses que le gouvernement fait pour combattre le virus.   

  

La Secrétaire d'État De Bleeker : "Dans le feu de l'action, l’ancien gouvernement en affaires courantes avait besoin de flexibilité pour lutter contre le virus. Entretemps, il y a un nouveau gouvernement qui gère bien la crise. C'est pourquoi je choisis de resserrer à nouveau les rênes budgétaires. En augmentant la provision corona sur base des besoins immédiats, nous allons mieux cibler les dépenses et offrir au Parlement une transparence maximale, ce qui est l'une de mes valeurs fondamentales".